Nous avons 108 invités et aucun membre en ligne

Dimanche - Sem. 24 2 0 Juin Silvère JGibbeuse croissante
La mort, c'est un peu comme la connerie. Le mort , lui, il ne sait pas qu'il est mort... ce sont les autres qui sont tristes. Le con c'est pareil. P Geluck

Article à lire

Gare aux vipères

20-02-2019 Hits:1903 Jean BERTOLINO Aouragh Aziz - avatar Aouragh Aziz

Gare aux vipères ! Une sanie puante est venue entacher Le jaune printanier arboré par des gens Qui en ont assez de vivre comme des indigents Et par taxes ou impôts de se faire...

Read more

Lettre ouverte à un soldat d’Allah

29-03-2016 Hits:3069 Information Aouragh Aziz - avatar Aouragh Aziz

Prépare ta valise. Achète un billet. Change de pays. Cesse d’être schizophrène. Tu ne le regretteras pas. Ici, tu n’es pas en paix avec ton âme. Tu te racles tout...

Read more

Ce matin, sur ma fenêtre

10-08-2015 Hits:2141 Jean BERTOLINO Jean Bertolino - avatar Jean Bertolino

Read more

Kamel Daoud: Je suis marocain

05-06-2018 Hits:2081 Jean BERTOLINO Super Utilisateur - avatar Super Utilisateur

Il faut le rappeler pour contrer ce curieux esprit anti-marocain dont font pain à la fois les islamistes, les populistes et les propagandes pour se nourrir et manger nos enfants. C'est...

Read more
FaceBookTwitterGoogle+Instagram

S'UNIR

"Enjil", le portrait d'un village en voie de disparition

Mustapha Elouizi Publié dans Libération le 16 - 07 - 2018


C'est l'histoire d'un village minier près de Midelt. En 2008, le jeune réalisateur Mourad Khellou y avait tourné son deuxième court métrage « Troisième jour», mais dix ans après, une visite éclair allait inspirer un autre court-métrage, mais cette fois à l'ombre de la colère et de la mélancolie.
« Dix ans après, j'ai revisité ce lieu, et je l'ai trouvé dans un état critique, presque détruit, des inconnus ont volé les portes, les fenêtres, les toits et même les briques et les installations d'eau et d'électricité. Alors j'ai décidé de filmer vite ce lieu avec une colère et une mélancolie intenses», confie Mourad Khellou à Libé, avant d'ajouter que « tout de suite, l'idée d'un film s'es développée ».
La nouvelle histoire d'Enjil est celle d'un ballon blanc poussé par hasard par les vents dans ce village fantôme où des voix, des sons et des histoires aussi refusent de le quitter et de l'abandonner.
« Heureusement, dit le réalisateur, le tournage s'est déroulé dans des conditions favorables, il y avait du vent pour diriger le ballon, et le va-et-vient des nuages qui a donné plus de mystère à l'image dont la lumière change accidentellement mais très poétiquement ». Le texte accompagnant les ondulations du ballon sont la résultante d'une narration orale propre aux anciens habitants du village, notamment les mineurs et leurs familles, dont une grande partie s'était installée à Midelt.
Ce court documentaire de création, n'est pas un cri, ni un travail d'archivage mais une remise en question de notre rapport à l'espace, à notre patrimoine matériel, renchérit Khellou. En fait, chaque jour une kasbah où un ancien village disparaît sans que nous réagissions pour les protéger et les sauvegarder, alors qu'ils constituent bien une part de notre identité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.

709083
Aujourd'hui
Hier
Ce Mois
All days
227
430
10212
709083

Votre IP: 3.236.117.38
20-06-2021

 Le respect de votre vie privée est notre priorité

Sur midelt.fr, nous utilisons des cookies et des données non sensibles pour gérer notre site.
A quoi nous servent ces cookies ?
Ils nous permettent de mesurer notre audience, de vous proposer des contenus éditoriaux et services plus adaptés et vous permettent de partager nos articles sur vos réseaux sociaux comme Facebook.
Cliquez sur le bouton pour valider votre consentement sachant que vous pouvez modifier vos préférences à tout moment sur notre site.