Nous avons 23 invités et aucun membre en ligne

Mercredi - Sem. 19 1 2 Mai Achille ANouvelle lune
La grande chose de la démocratie, c’est la solidarité. La solidarité est au delà de la fraternité ; la fraternité n’est qu’une idée humaine, la solidarité est une idée universelle ; universelle, c’est-à-dire divine ; et c’est là, c’est à ce point culminant que le glorieux instinct démocratique est allé. Il a dépassé la fraternité pour arriver à l’adhérence. Adhérence avec quoi ? avec Pan ; avec Tout. Car le propre de la solidarité, c’est de ne point admettre d’exclusion. Si la solidarité est vraie, elle est nécessairement générale. Toute vérité est une lueur de l’absolu. Victor Hugo

Article à lire

TABLEAU NOIR

11-11-2016 Hits:1996 Sysiphe Haroun Aouragh Aziz - avatar Aouragh Aziz

L’école était pour moi un refuge, une bulle salvatrice qui me soustrait de la déperdition dans les dédalles de notre bidonville, squatté par des bandes rivales. Elle m’apportait la...

Read more

N'insultez pas ce peuple!!!

11-11-2016 Hits:2020 Michel ETIEVENT Aouragh Aziz - avatar Aouragh Aziz

Abandonné, cet immense précariat s'est réfugié dans les promesses du premier bateleur populiste de foire venu qui s'est penché vers eux en leur laissant entrevoir un futur moins humiliant. Oui...

Read more

Héroïne du quotidien

22-05-2015 Hits:2008 Michel ETIEVENT Aouragh Aziz - avatar Aouragh Aziz

J’ai dans ma galerie de personnages, une femme que j’ai toujours révérée. Une anonyme qui aurait pu dormir au Panthéon ou sur la couverture d’un livre d’histoire. Elle s’appelait Emilie...

Read more

Un livre Un écrain

31-05-2020 Hits:935 Ecrivain Poète Aouragh Aziz - avatar Aouragh Aziz

  Librairie, Bibliothèque, Bistro, Théâtre, Cinéma ...porte close La culture se confine Le télétravail s'organise Le midelti Mihamou L'œil aux aguets Enfante l'idée Un livre un écrivain Les séminaires en ligne Démarre sur la pointe des pieds... Le débat prend...

Read more

Palestine

17-08-2015 Hits:2825 Jean BERTOLINO Jean Bertolino - avatar Jean Bertolino

6 à 8 millions de palestiniens chassés de leurs terres au cours de 4 guerres meurtrières ce n'est pas rien. L'amalgame entre anti-sionistes et antisémites permet de faire passer...

Read more
FaceBookTwitterGoogle+Instagram

S'UNIR

Sionisme : le mot dévoyé.
19Février2019

Soyons clair, si certains préfèrent aujourd’hui utiliser le mot sioniste plutôt que le mot juif pour masquer leur antisémitisme, le fait de faire précéder ce mot de l’adjectif « sale » révèle le vrai caractère de leur insulte.

Néanmoins, dans le contexte actuel et après l’instrumentalisation qu’a générée l’agression verbale subie par Alain Finkielkraut, il est utile de préciser que sémantiquement ces deux mots antisémite et antisioniste ne sont pas des synonymes. (La suite après cette intrusion malvenue)

S'ils l’étaient, il faudrait alors considérer les antisionistes religieux juifs, nombreux en Israël, comme des antijuifs. Pour ces orthodoxes le royaume d’Israël ne peut exister sans une intervention messianique. Je cite leurs rabbins :

« La Promesse de la Terre, doit s’accomplir par le Messie, miraculeusement et surnaturellement, sans armes et sans guerre, avec l’accord de toutes les nations intéressées »

Qu’on cesse une fois pour toutes ces captieuses manipulations. Le mouvement sioniste moderne remonte au 19ème siècle en Russie et en Europe centrale où les citoyens de confession juive étaient victimes de persécutions et de pogroms.

A la suite de l’affaire Dreyfus, révélatrice d’un antisémitisme pervers touchant une frange de la bourgeoisie française, un journaliste austro-hongrois de confession juive, Théodore Herzl, qui couvrait le procès du jeune capitaine accusé à tort d’avoir livré des documents secrets à l’Allemagne, fut fortement ébranlé. Quoi ? La France, cette France des lumières qu’il admirait était, elle aussi, contaminée par l’immonde virus antisémite. Il passa quatre année à écrire l’Etat Juif et usa d’un slogan très mobilisateur pour lancer son projet : « Une terre ans peuple pour un peuple sans terre » 

Il se trouve que la Palestine située géographiquement au centre du croissant fertile, loin d’être dépeuplée, était habitée par des Palestiniens comptant 60% de musulmans, 38% de chrétiens et une toute petite minorité d’israélites vivant autour de leurs lieux saints. C’est ce que l’enquêteur envoyé sur place par Herzl lui révéla à son retour. Dans un additif, l’auteur de l’ouvrage, fort honnêtement, envisagea que cet Etat pourrait s’édifier ailleurs, en Ouganda ou en Argentine, par exemple. Trop tard ! Le slogan avait fait florès et les yeux de tous les adeptes de cette idéologie nouvelle se braquèrent sur cette rive orientale de la Méditerranée si tentante.

« L’an prochain à Jérusalem ! » Cette prière qui n’évoquait jusqu’alors qu’une cité spirituelle, une utopie en quelque sorte, se mua peu à peu en un but à atteindre.

Par leur aveuglement barbare et sanguinaire les nazis ancrèrent dans l’idée d’une majorité de Juifs et de dirigeants occidentaux que la création de l’Etat d’Israël était une nécessité.

En 1947 quand la résolution 181 fut votée, aucun peuple encore sous tutelle coloniale n’était représenté à l’ONU et notamment la plupart des pays musulmans qui sans nul doute auraient voté contre. Leur antijudaïsme date de cette époque car au cours de leur histoire les musulmans et plus particulièrement les brillantes civilisations arabes du Moyen Age n’ont jamais fait montre d’antisémitisme et avaient très souvent des ministres ou vizirs juifs dans leurs gouvernements. Rien de comparable avec les monarques chrétiens qui les massacrèrent ou les chassèrent d’Espagne après la « Reconquista »

Tout ça pour dire que l’antisémitisme n’est pas une tare musulmane mais bien une tare d’origine européenne puisant sa source dans un christianisme orthodoxe ou un catholicisme intolérant. L’injure de l’excité alsacien converti au salafisme hurlant « sale sioniste » à Alain Finkielkraut, procédait du même état d’esprit que l’insulte des fachos qui, en retrait, marmonnaient « sale juif » en faisant le geste de la quenelle.

Un fait est certain. La création de l’Etat d’Israël et l’expulsion de ce territoire de millions de Palestiniens a rendu bien des Arabes musulmans ou chrétiens, antijuifs. Toutefois, étant eux mêmes des sémites, ils dévoient intentionnellement le mot sioniste qui, je le répète, ne veut absolument pas dire qu’on déteste les juifs.

Ceux qui prônent la destruction de l’Etat israélien ignorent-ils que cet objectif aboutirait à un génocide encore plus terrifiant que celui perpétré par les nazis ?

La résolution 242 de l’ONU somme Israël de restituer à leurs légitimes propriétaires les territoires indûment occupés pendant la guerre des six jours en 1967. Tant que cette résolution ne sera pas appliquée je serai un antisioniste non pas viscéral, comme les antisémites qui se camouflent derrière ce vocable, mais un antisioniste politique. Ceux qui veulent qu’antisémite et antisioniste aient le même sens font preuve d’une partialité ou d’une ignorance extrêmement navrante face à un conflit qui exacerbe depuis des décennies les fanatismes et leurs cortèges d’horreurs.

A bat l’antisémitisme ! A bas le racisme ! Vive les les juifs et les palestiniens

Vivaaaa !

JB
{jcomments on}

689493
Aujourd'hui
Hier
Ce Mois
All days
139
323
4186
689493

Votre IP: 3.238.173.209
12-05-2021

 Le respect de votre vie privée est notre priorité

Sur midelt.fr, nous utilisons des cookies et des données non sensibles pour gérer notre site.
A quoi nous servent ces cookies ?
Ils nous permettent de mesurer notre audience, de vous proposer des contenus éditoriaux et services plus adaptés et vous permettent de partager nos articles sur vos réseaux sociaux comme Facebook.
Cliquez sur le bouton pour valider votre consentement sachant que vous pouvez modifier vos préférences à tout moment sur notre site.