Nous avons 214 invités et aucun membre en ligne

Mercredi - Sem. 16 2 1 Avr. Anselme IPremier quartier
La dépression frappe au hasard c'est une maladie, pas un état d'âme.

Article à lire

Gare aux vipères

20-02-2019 Hits:1787 Jean BERTOLINO Aouragh Aziz - avatar Aouragh Aziz

Gare aux vipères ! Une sanie puante est venue entacher Le jaune printanier arboré par des gens Qui en ont assez de vivre comme des indigents Et par taxes ou impôts de se faire...

Read more

Y a qu'à, faut que

31-12-2018 Hits:1881 Jean BERTOLINO Aouragh Aziz - avatar Aouragh Aziz

  Sont comme les mulets qui aiment les eaux glauques. A d’autres qui préfèrent les eaux claires du grand large, Ils fréquentent, eux, les lieux où sortent les égouts, Voire les flaques huileuses qui...

Read more

Pleurons un Brave

28-03-2018 Hits:2011 Jean BERTOLINO Super Utilisateur - avatar Super Utilisateur

L’islam ne se grandit pas en les tolérant dans son sein. Pire même, il se laisse contaminer par leurs funestes toxines de haine et d’intolérance. Il est désormais aisé...

Read more

Le rossignol de la chanson amazighe

07-03-2020 Hits:1501 Actualités Aouragh Aziz - avatar Aouragh Aziz

  En effet avec sa voix douce, mélancolique et mélodieuse, Maghni a fait ses premières pierres dans la musique amazighe depuis les années 70 où une pléiade d’artistes s’est lancée dans...

Read more
FaceBookTwitterGoogle+Instagram

S'UNIR

Ma grande sœur

Par Jean Bertolino.

Oublions un peu l'actualité qui nous mange la tête. Ce matin je pensais à ma sœur si proche de moi, jadis, si chère à mon cœur aujourd’hui. C’est maintenant une vieille dame ombrageuse, malade, et minée par la solitude. Cette année, pour des raisons de santé, je n’ai pu aller la voir mais quotidiennement je lui téléphone pour lui insuffler quelques minutes de communications intenses qui meubleront le reste de sa journée. Ma sœur…

Ma sœur…

 

J’avais un petit frère qui, parti avant l’heure,

A laissé un grand vide tout au fond de mon cœur.

J’ai une grande sœur de un an mon ainée

Qui dans la solitude s’est emprisonnée.

Seule dans sa maison du sud ouest elle attend

Une mort insidieuse qui avance à pas lent.

Elle soigna son mari qui était sous dialyse

Jusqu’à son trépas qui survint sans surprise.

Elle eut deux beaux gaillards qui ont des vies prospères

Comparée à la sienne, d’une grisaille inouïe. 

Mais, contrairement aux filles, les garçons oublient,

Au profit des épouses, ce qu’ils doivent à leur mère.

Comme ce fut mon cas, je n’ai donc pas envie

De faire la leçon à des neveux très proches

Lesquels, happés par le tourbillon de la vie,

Ne prennent pas conscience d’une fin qui s’approche.

Alors on s’appelle, elle et moi, chaque jour.

On parle de notre petite enfance en Savoie,

Des fayots, des lentilles et des topinambours,

De nos copains d’alors, de nos premiers émois.

Mais je devine bien que dans ses longs silences

C’est à ses deux enfants qu’elle parle et qu’elle pense. 

Bougonne, elle l’est bien sûr dans cette thébaïde

Qu’est la demeure sombre où son corps invalide

Se déplace lentement par crainte de chuter,

Avec un bichon blanc qui colle à ses pas

De peur de la voir choir ou pire encore heurter

Sa tête contre un mur et de n'être plus là.

Je n’ai pas toujours été aussi soucieux d’elle,

Mais elle est tout ce qui me reste de mon passé,

De ma famille dans les limbes dispersées,

Cette sœur qui, pour moi, fut presque une jumelle.

JB
{jcomments on}

680344
Aujourd'hui
Hier
Ce Mois
All days
267
397
8409
680344

Votre IP: 3.236.228.250
21-04-2021

 Le respect de votre vie privée est notre priorité

Sur midelt.fr, nous utilisons des cookies et des données non sensibles pour gérer notre site.
A quoi nous servent ces cookies ?
Ils nous permettent de mesurer notre audience, de vous proposer des contenus éditoriaux et services plus adaptés et vous permettent de partager nos articles sur vos réseaux sociaux comme Facebook.
Cliquez sur le bouton pour valider votre consentement sachant que vous pouvez modifier vos préférences à tout moment sur notre site.