Nous avons 9 invités et aucun membre en ligne

Jeudi - Sem. 4 2 3 Jan. Banard ZNouvelle lune
Patience laissa brûler sa maison.

Article à lire

Aujourd’hui allons au Pakistan

19-11-2018 Hits:840 Jean BERTOLINO Aouragh Aziz - avatar Aouragh Aziz

Asia Bibi Maudite religion que celle qui refuse A une jeune femme l’accès d’une fontaine Prétendue sacrée par des croyances obtuses Et que l’on interdit à l'immonde chrétienne. Maudite religion qui pousse deux musulmanes...

Read more

Quand « Apparu » le gibbon !

10-01-2017 Hits:910 Jean BERTOLINO Jean Bertolino - avatar Jean Bertolino

Merveilleuse Nicole Ferroni qui, ce matin dans le journal de Patrick Cohen, s’est magistralement payée Benoist Apparu le comparant à un gibbon sautant de branche en branche pour se frayer...

Read more

Kamel Daoud: Je suis marocain

05-06-2018 Hits:902 Jean BERTOLINO Super Utilisateur - avatar Super Utilisateur

Il faut le rappeler pour contrer ce curieux esprit anti-marocain dont font pain à la fois les islamistes, les populistes et les propagandes pour se nourrir et manger nos enfants. C'est...

Read more

Ramadan le sournois

31-10-2017 Hits:903 Jean BERTOLINO Super Utilisateur - avatar Super Utilisateur

  Le principal objectif des Frères musulmans, il est bon de le rappeler, est l'instauration de républiques islamiques à la place des régimes en place dans les pays à majorité musulmane...

Read more
FaceBookTwitterGoogle+Instagram

S'UNIR

Quand la mer gronde

6 Février 2018

Nous étions partis pour Antibes dans l’espoir de trouver le soleil absent de Paris depuis un bon mois. La tempête nous attendait. C’est beau la tempête et ça fait réfléchir.

 

Pas loin de ma fenêtre, un vert palmier s’agite

Comme un fou. Les mouettes se terrent. Démontée

La mer, dans un fracas d’écume, s’excite

Contre le vieux rempart furieusement heurté.

La mer, la mer, a pris son visage d’hiver

Gris, écumant, roulant des flots envahissants,

Qui submergeraient bien la terre toute entière

Si la gravitation ne freinait ses élans.

Alors à quoi bon enrager de la sorte

Ô mer qui peut si vite s’apaiser et séduire.

Oui, toi la grande bleue, si douce, si accorte,

Pourquoi donc, avec moi, aussi mal te conduire ?

C’est vrai, je ne suis rien qu’un flâneur solitaire,

L’infiniment petit d’une engeance assassine

Qui par tous ses déchets rend tes eaux bien moins claires

Et par ses faims ogresses tue ta faune marine.

Mais je ne suis pas seul à être ainsi songeur

Nous sommes des millions conscients que ta survie  

Dépend de nos actions, mais les accapareurs

Encouragent à tout va nos funestes envies.

Ô mer pardonne-moi, pardonne-leur aussi.

Nous ne savons toujours pas ce que nous faisons.  

Mais nous t’aimons c’est sûr comme on aime la vie

Et si un jour tu meurs, nous tous aussi mourrons.

La mer, la mer, a pris son visage d’hiver

Gris, écumant, roulant ses vagues de colère

Jean Bertolino

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Connexion

416965
Aujourd'hui
Hier
Ce Mois
All days
281
582
11512
416965

Votre IP: 34.204.200.74
23-01-2020

 Le respect de votre vie privée est notre priorité

Sur midelt.fr, nous utilisons des cookies et des données non sensibles pour gérer notre site.
A quoi nous servent ces cookies ?
Ils nous permettent de mesurer notre audience, de vous proposer des contenus éditoriaux et services plus adaptés et vous permettent de partager nos articles sur vos réseaux sociaux comme Facebook.
Cliquez sur le bouton pour valider votre consentement sachant que vous pouvez modifier vos préférences à tout moment sur notre site.