Nous avons 10 invités et aucun membre en ligne

Dimanche - Sem. 3 1 9 Jan. Marius VDernier croissant
La mort, c'est un peu comme la connerie. Le mort , lui, il ne sait pas qu'il est mort... ce sont les autres qui sont tristes. Le con c'est pareil. P Geluck

Article à lire

Ma Grande Sœur

29-05-2018 Hits:745 Jean BERTOLINO Super Utilisateur - avatar Super Utilisateur

  J’avais un petit frère qui, parti avant l’heure, A laissé un grand vide tout au fond de mon cœur. J’ai une grande sœur de un an mon ainée Qui dans la solitude s’est...

Read more

Hommage à Rachid Taha - Hassina Mechaï

31-12-2018 Hits:829 Actualités Aouragh Aziz - avatar Aouragh Aziz

  « Il revient à ma mémoire » que cet homme issu de l'immigration algérienne chantait le « cher pays de [son] enfance ». Il chantait, ce garçon qui a grandi entre l'Alsace, les Vosges...

Read more

Lettre ouverte à un soldat d’Allah

29-03-2016 Hits:1026 Information Aouragh Aziz - avatar Aouragh Aziz

Prépare ta valise. Achète un billet. Change de pays. Cesse d’être schizophrène. Tu ne le regretteras pas. Ici, tu n’es pas en paix avec ton âme. Tu te racles tout...

Read more

L’effet boomerang

16-10-2017 Hits:947 Jean BERTOLINO Super Utilisateur - avatar Super Utilisateur

Arabie Saoudite, Israël, USA, J’ai envie de crier haut et fort : « même combat » ! Ils créent des terroristes dans leurs laboratoires, Puis les font opérer sur certains territoires Pour semer la terreur. Ces êtres indociles,  Menés...

Read more

Y a qu'à, faut que

31-12-2018 Hits:678 Jean BERTOLINO Aouragh Aziz - avatar Aouragh Aziz

  Sont comme les mulets qui aiment les eaux glauques. A d’autres qui préfèrent les eaux claires du grand large, Ils fréquentent, eux, les lieux où sortent les égouts, Voire les flaques huileuses qui...

Read more
FaceBookTwitterGoogle+Instagram

S'UNIR

Quand la mer gronde

6 Février 2018

Nous étions partis pour Antibes dans l’espoir de trouver le soleil absent de Paris depuis un bon mois. La tempête nous attendait. C’est beau la tempête et ça fait réfléchir.

 

Pas loin de ma fenêtre, un vert palmier s’agite

Comme un fou. Les mouettes se terrent. Démontée

La mer, dans un fracas d’écume, s’excite

Contre le vieux rempart furieusement heurté.

La mer, la mer, a pris son visage d’hiver

Gris, écumant, roulant des flots envahissants,

Qui submergeraient bien la terre toute entière

Si la gravitation ne freinait ses élans.

Alors à quoi bon enrager de la sorte

Ô mer qui peut si vite s’apaiser et séduire.

Oui, toi la grande bleue, si douce, si accorte,

Pourquoi donc, avec moi, aussi mal te conduire ?

C’est vrai, je ne suis rien qu’un flâneur solitaire,

L’infiniment petit d’une engeance assassine

Qui par tous ses déchets rend tes eaux bien moins claires

Et par ses faims ogresses tue ta faune marine.

Mais je ne suis pas seul à être ainsi songeur

Nous sommes des millions conscients que ta survie  

Dépend de nos actions, mais les accapareurs

Encouragent à tout va nos funestes envies.

Ô mer pardonne-moi, pardonne-leur aussi.

Nous ne savons toujours pas ce que nous faisons.  

Mais nous t’aimons c’est sûr comme on aime la vie

Et si un jour tu meurs, nous tous aussi mourrons.

La mer, la mer, a pris son visage d’hiver

Gris, écumant, roulant ses vagues de colère

Jean Bertolino

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Connexion

414845
Aujourd'hui
Hier
Ce Mois
All days
294
502
9392
414845

Votre IP: 18.232.55.175
19-01-2020

 Le respect de votre vie privée est notre priorité

Sur midelt.fr, nous utilisons des cookies et des données non sensibles pour gérer notre site.
A quoi nous servent ces cookies ?
Ils nous permettent de mesurer notre audience, de vous proposer des contenus éditoriaux et services plus adaptés et vous permettent de partager nos articles sur vos réseaux sociaux comme Facebook.
Cliquez sur le bouton pour valider votre consentement sachant que vous pouvez modifier vos préférences à tout moment sur notre site.