Nous avons 189 invités et aucun membre en ligne

Samedi - Sem. 20 1 8 Mai Eric IGibbeuse croissante
L'amitié ne peut-être ni vendu ni donnée en gage

Article à lire

Héroïne du quotidien

22-05-2015 Hits:3448 Michel ETIEVENT Aouragh Aziz - avatar Aouragh Aziz

J’ai dans ma galerie de personnages, une femme que j’ai toujours révérée. Une anonyme qui aurait pu dormir au Panthéon ou sur la couverture d’un livre d’histoire. Elle s’appelait Emilie...

Read more

Pleurons un Brave

28-03-2018 Hits:3410 Jean BERTOLINO Super Utilisateur - avatar Super Utilisateur

L’islam ne se grandit pas en les tolérant dans son sein. Pire même, il se laisse contaminer par leurs funestes toxines de haine et d’intolérance. Il est désormais aisé...

Read more

L’effet boomerang

16-10-2017 Hits:3514 Jean BERTOLINO Super Utilisateur - avatar Super Utilisateur

Arabie Saoudite, Israël, USA, J’ai envie de crier haut et fort : « même combat » ! Ils créent des terroristes dans leurs laboratoires, Puis les font opérer sur certains territoires Pour semer la terreur. Ces êtres indociles,  Menés...

Read more

Les enfants assassins

09-08-2015 Hits:3368 Jean BERTOLINO Jean Bertolino - avatar Jean Bertolino

Aujourd’hui, j’ai envie de parler de ces pauvres gosses que des adultes criminels, aveuglés par leurs élucubrations, endoctrinent. A mes yeux, il n’y a aucune différence entre un enfant...

Read more

Vous n'aurez pas ma haine

20-11-2015 Hits:3431 Jean BERTOLINO Jean Bertolino - avatar Jean Bertolino

Vendredi soir vous avez volé la vie d'un être d'exception, l'amour de ma vie, la mère de mon fils mais vous n'aurez pas ma haine. Je ne sais pas qui...

Read more
FaceBookTwitterGoogle+Instagram

S'UNIR

Quand la mer gronde

6 Février 2018

Nous étions partis pour Antibes dans l’espoir de trouver le soleil absent de Paris depuis un bon mois. La tempête nous attendait. C’est beau la tempête et ça fait réfléchir.

 

Pas loin de ma fenêtre, un vert palmier s’agite

Comme un fou. Les mouettes se terrent. Démontée

La mer, dans un fracas d’écume, s’excite

Contre le vieux rempart furieusement heurté.

La mer, la mer, a pris son visage d’hiver

Gris, écumant, roulant des flots envahissants,

Qui submergeraient bien la terre toute entière

Si la gravitation ne freinait ses élans.

Alors à quoi bon enrager de la sorte

Ô mer qui peut si vite s’apaiser et séduire.

Oui, toi la grande bleue, si douce, si accorte,

Pourquoi donc, avec moi, aussi mal te conduire ?

C’est vrai, je ne suis rien qu’un flâneur solitaire,

L’infiniment petit d’une engeance assassine

Qui par tous ses déchets rend tes eaux bien moins claires

Et par ses faims ogresses tue ta faune marine.

Mais je ne suis pas seul à être ainsi songeur

Nous sommes des millions conscients que ta survie  

Dépend de nos actions, mais les accapareurs

Encouragent à tout va nos funestes envies.

Ô mer pardonne-moi, pardonne-leur aussi.

Nous ne savons toujours pas ce que nous faisons.  

Mais nous t’aimons c’est sûr comme on aime la vie

Et si un jour tu meurs, nous tous aussi mourrons.

La mer, la mer, a pris son visage d’hiver

Gris, écumant, roulant ses vagues de colère

Jean Bertolino

{jcomments on}

1100557
Aujourd'hui
Hier
Ce Mois
All days
81
307
6004
1100557

Votre IP: 3.215.16.238
18-05-2024

 Le respect de votre vie privée est notre priorité

Sur midelt.fr, nous utilisons des cookies et des données non sensibles pour gérer notre site.
A quoi nous servent ces cookies ?
Ils nous permettent de mesurer notre audience, de vous proposer des contenus éditoriaux et services plus adaptés et vous permettent de partager nos articles sur vos réseaux sociaux comme Facebook.
Cliquez sur le bouton pour valider votre consentement sachant que vous pouvez modifier vos préférences à tout moment sur notre site.