Nous avons 232 invités et aucun membre en ligne

Samedi - Sem. 38 2 5 Sep. Hermann PGibbeuse décroissante
L'amitié ne peut-être ni vendu ni donnée en gage

Article à lire

Ce matin, sur ma fenêtre

10-08-2015 Hits:2339 Jean BERTOLINO Jean Bertolino - avatar Jean Bertolino

Read more

Qu'avons nous fait ???

31-12-2018 Hits:2193 Jean BERTOLINO Aouragh Aziz - avatar Aouragh Aziz

  Par la vitre du taxi qui roulait vers Orly Je contemplais maussade cette zone urbaine Que depuis cinquante ans l’homme a avilie Et je m’imaginais ce qu’était cette plaine Avant l’aéroport et avant les...

Read more

Ces grands oubliés du Code du travail

20-09-2019 Hits:1910 Actualités Aouragh Aziz - avatar Aouragh Aziz

Le pavé dans la mare que vient de jeter le secrétaire général du syndicat représentant lesdits employés (F.P.T) réussira-t-il à sortir les différents responsables de leur léthargie ? El...

Read more

Y a qu'à, faut que

31-12-2018 Hits:2171 Jean BERTOLINO Aouragh Aziz - avatar Aouragh Aziz

  Sont comme les mulets qui aiment les eaux glauques. A d’autres qui préfèrent les eaux claires du grand large, Ils fréquentent, eux, les lieux où sortent les égouts, Voire les flaques huileuses qui...

Read more

Lettre ouverte à un soldat d’Allah

29-03-2016 Hits:3304 Information Aouragh Aziz - avatar Aouragh Aziz

Prépare ta valise. Achète un billet. Change de pays. Cesse d’être schizophrène. Tu ne le regretteras pas. Ici, tu n’es pas en paix avec ton âme. Tu te racles tout...

Read more
FaceBookTwitterGoogle+Instagram

S'UNIR

Quand « Apparu » le gibbon ! 

Par Jean BERTOLINO

Merveilleuse Nicole Ferroni qui, ce matin dans le journal de Patrick Cohen, s’est magistralement payée Benoist Apparu le comparant à un gibbon sautant de branche en branche pour se frayer son chemin, lâchant les « losers » au profit des « winers », comme le gibbon abandonne une branche porteuse pour une nouvelle, mieux placée. Plus largement, elle a étendu cette audacieuse comparaison à l’ensemble des leaders de la classe politique, batifolant au sommet de la canopée où murissent les bons fruits qu’ils dévorent allègrement sans penser un seul instant à les partager avec tous ceux qui sont au dessous. Elle a dit cela beaucoup mieux que moi cette talentueuse Nicole à l’humour audacieux et provocateur comme je l’aime.
Ce bavard d’Apparu est non seulement, à mes yeux, un hylobatidé, mais aussi un chamaeleonidae, autrement dit en plus d’un singe, un caméléon opportuniste qui change de couleur à sa convenance. Quand je pense que ce, cet, comment le désigner ? Ah oui, j’ai trouvé ! Cet « hominoïdoreptile », quand je pense donc que cet hominoïdoreptile a osé dire, pour justifier la suppression de cinq ou six cent mille fonctionnaires préconisée par son nouveau maître Fillon, que plus d’un quart ou d’un cinquième de ceux-ci étaient rétribués par la dette et que pour pouvoir réduire nos emprunts, il était impératif de s’en défaire, je suis profondément choqué. On n’allait donc pas les virer parce qu’ils étaient inutiles mais parce qu’on ne pouvait plus les payer. Attention, je suis convaincu que dans certains secteurs, il y en a, en effet, beaucoup trop, notamment dans les conseils généraux, régionaux, au parlement, au sénat, mais certainement pas dans l’assistance publique, l’éducation nationale, la sécurité nationale ou sociale. Autrement dit, si l’on se réfère au raisonnement strictement comptable de notre porte parole « jupéo-fillonniste » et que les réductions de personnels jugés pléthoriques soient essentiellement dictées par un souci d’économie, pourquoi ne pas virer la moitié des députés, des sénateurs, leurs conseillers évidemment et tous les salariés qui leur sont attachés. Là, oui, on la ferait tomber à coup sûr cette maudite dette. Viva !
{jcomments on}

751364
Aujourd'hui
Hier
Ce Mois
All days
157
555
9869
751364

Votre IP: 3.215.177.171
25-09-2021

 Le respect de votre vie privée est notre priorité

Sur midelt.fr, nous utilisons des cookies et des données non sensibles pour gérer notre site.
A quoi nous servent ces cookies ?
Ils nous permettent de mesurer notre audience, de vous proposer des contenus éditoriaux et services plus adaptés et vous permettent de partager nos articles sur vos réseaux sociaux comme Facebook.
Cliquez sur le bouton pour valider votre consentement sachant que vous pouvez modifier vos préférences à tout moment sur notre site.