Nous avons 10 invités et aucun membre en ligne

Majid Blal

FaceBookTwitterGoogle+Instagram

                    Départs : Tawada, par Majid Blal

 

Quand on n'a été qu'un nomade transhumant la vie, on quitte souvent des gens et on subit les autres


qui nous quittent. On s’improvise, la force qui peut passer à travers sans égratignure.

Puis un jour, au réveil d’une longue absence, chaque petite idée de séparation

nous chagrine jusqu'au fond de la mémoire, jusqu'au fond de soi, jusqu’au fond de languir...

Violement,

Je m’arrache de vous

Soudain soucieux,

Je m’arrache de moi

 

Bruit de tôle froissée

Mon cœur déchire ses larmes

L’émoi sur les joues ravagé.

Silence de taule angoissé.

 

Mon cœur est trop gros

Pour ne contenir qu’un sanglot

Mon œil trop petit

Pour endiguer le lacrymal Flot.

 

 L’ « Iguig » allié des retenues

Cède, inondé par la crue   

Je vous quitte juste des yeux

Laissez couler leur dû

 

Dans l’impatience ardue

des absences attendues...

Les absences à venir

 

   Majid Blal, le 16 septembre 2003 sur le RP 21. Extrait du recueil » Les Liens Carnassiers »

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Connexion